Accueil / Evènements / Moments forts

LA LETTRE DE L'AFC




AFC Neuilly sur Seine
Pourquoi est-ce que le 15 août est férié ? Imprimer

 


Le roi Louis XIII qui pensait ne pas pouvoir avoir d’enfant (au bout de 23 ans de mariage !) avait fait le vœu de consacrer son royaume à la Vierge si un fils lui était donné. A la naissance de Louis XIV, il a respecté son vœu, et a instauré dans toutes les paroisses de France des processions pour remercier la Vierge. Cette fête n’a ensuite jamais été supprimée. Les paroisses proposent souvent des processions aux flambeaux (la plus connue est celle de Lourdes), pendant lesquelles on chante le : "Je Vous Salue Marie".

 
Comment fêter l’Assomption ? Imprimer

mce_marker

Tout dabord il faut bien connaître le "Je Vous Salue Marie" !


Je vous salue, Marie pleine de grâces,

le Seigneur est avec vous.

Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus,

le fruit de vos entrailles, est béni.

Sainte Marie, Mère de Dieu,

priez pour nous pauvres pécheurs,

maintenant et à l'heure de notre mort.


Il faut ensuite fabriquer un flambeau, avec l’aide d’un adulte !


Pour cela, découper un morceau de carton de 10 cm sur 10 cm. Faire un trou au milieu dans lequel on glissera une longue bougie.


Puis, prendre 4 feuilles de papier, et les découper en carrés de 11 cm sur 11 cm (le cm supplémentaires servira à faire des languettes pour coller les feuilles entre elles).

Décorer chaque feuille avec des images de la Vierge Marie, ou le Je Vous Salue Marie joliment écrit.

Coller chaque feuille de papier sur un côté du carton (décors vers l’extérieur !) et entre elles, grâce aux languettes des feuilles.


Bien raidir chaque tranche des feuilles en les aplatissant, pour que le flambeau tienne, insérer la bougie, et voilà !

 
L’Assomption, qu’est-ce que c’est ? Imprimer


L’Assomption de la Vierge Marie est le mot que l’on utilise pour désigner la mort (on dit la « dormition », car elle est morte apaisé, avec un visage heureux, comme si elle était juste endormie) et la montée au Ciel de la mère de Jésus. Ce passage n’est pas raconté dans le Nouveau Testament, mais les chrétiens  en ont fait une croyance populaire dès les premiers temps. En 1958, le pape Pie XII l’a promulgué comme dogme de l’Eglise catholique, c’est-à-dire une chose reconnue comme vraie par l’Eglise.